Reflets d'âmes au Musée de la Kasbah
Autoportraits "pop art" de mamans célibataires de Tanger

Colorées, lumineuses, éblouissantes, des mères célibataires de Tanger s'affichent dans des autoportraits «pop art», réalisés avec l'aide de Lotfi Yacoubi, Ahmad Essaghir et Christine Keyeux, artistes plasticiens, dans le cadre des ateliers créatifs de 100% Mamans, association tangéroise.
Davantage qu'une reproduction, ces visages qui explosent littéralement sont des reflets de l'âme, de la personnalité profonde de ces femmes en lutte, malmenées par l'exclusion sociale, mais sublimées par la joie de la maternité. Ces portraits sont leurs banderoles pour revendiquer leur place dans la cité.
Le sort habituellement destiné aux mères célibataires du Maroc est, au contraire, de disparaître, de se cacher, de raser les murs... C'est la «sanction» de leur «délit». Ce «délit», parlons-en. Il n'est pas celui que l'on imagine ou que définit la loi : une relation sexuelle en dehors du mariage. Sinon ces femmes ne seraient pas les seules à en porter la honte. Leurs amants, sincères ou manipulateurs, leurs violeurs parfois, seraient eux aussi rejetés du groupe.
Non, le délit de ces jeunes mères est autre. Il est d'assumer les conséquences de cet acte, de faire passer l'amour pour l'enfant avant le respect de la règle . C'est cette audace qui les voue à l'effacement social. Elles le refusent. Et ces magnifiques portraits sont là pour nous convaincre qu'elles ont raison