L'Artiste

La musique naît de la beauté qui acquiert une sonorité, puis il est arrivé un temps où, pour rendre lisibles ces ondes mariées à l’harmonie, l’homme a eu recours au papier afin de sauver son art de l’oubli et d’en préserver la fidélité. Christine Keyeux a fait le chemin inverse, elle a donné au papier sa musique propre en ’habillant de formes et de tons offerts à la vue. Plutôt qu’une revanche de la matière alléable
sur le son savamment réticulé, j’y vois un désir de conférer au papier une vie nouvelle, succédant à sa vocation de fixer le son, la lettre et l’esprit, puis à l’obligation où il s’est trouvé longtemps confiné dans un monde utilitaire tenu au ban de l’émotion. Triste papier, matière besogneuse pour laquelle, hors de ces servitudes, point de salut autre que l’issue fatale d’être confié à la broyeuse, au pilon ou au feu, à moins de trouver un ultime refuge sous la poussière des bibliothèques. Enfin Christine vint, libérant l’anonyme pelure végétale de l’asservissement ancestral, lui ouvrant enfin les portes de l’univers précieux et inutile d’une beauté chatoyante. A l’orée de sa troisième vie, le papier a cessé de ramer, il se fait tableau, bijou, ornement, il coule des jours heureux, et il ne perd pas pied.
Lotfi Akalay
www.lotfiakalay.com